Vous êtes ici : Accueil > Les familles > Maison de Bourgogne > Philippe II de Bourg... > Y ME TARDE

Y ME TARDE

Le mot Y ME TARDE

Périodes : 1380, 1390, 1400, 1410

Aire géographique : France

Personnages : Philippe le Hardi, Philippe II de Bourgogne

Famille : Bourgogne

Mot emblématique : Y ME TARDE

1Le mot Y ME TARDE  (v. 1380-1404†).

2Ce mot du duc figure sur les mêmes supports que ses devises et est fréquemment cité par les comptes1. Ce mot ne semble pas avoir été attaché à une devise en particulier. Les auteurs (AUTRAND) l’interprètent volontiers comme le reflet des ambitions du duc et le comparent aux mots des autres frères de Charles V, le LE TEMPS VENDRA de Jean de Berry ou JE LE DOY de Louis Ier d’Anjou. Plutôt qu’un projet politique peu vraisemblable dans le contexte, on peut y voir une invocation spirituelle allusive à la quête du Salut qui anime le duc.

3 Il ne semble pas que l’on ait conservé de représentation de ce mot. Pour la petite histoire, on lit parfois que le mot du duc était MOULT ME TARDE fondé sur un jeu de mot avec une nouvelle ressource du dijonnais… la moutarde !

Bibliographie

Vaughan R., Philip the Bold. The formation of the Burgundian state, Londres, Woodbridge, 2002.

SCHNERB B., L'État bourguignon, Paris, Perrin, 2005.

Le temps des princes des fleurs de lis. L’art à la cour de Bourgogne, 1364-1419, Dijon, 2004

HABLOT L., « Ordres et devises des ducs de Bourgogne », Catalogue de l’exposition Le temps des princes des fleurs de lis. L’art à la cour de Bourgogne, 1364-1419, Dijon, 2004, p. 81-83.

HABLOT L., « Les signes de l’entente. Le rôle des devises et des ordres dans les relations diplomatiques entre les ducs de Bourgogne et les princes étrangers de 1380 à 1477 », Revue du Nord, n° 345-346, t. 84 avril/septembre 2002, p. 319-341.

Notes

1  PROST B. et H., Inventaires mobiliers de Philippe le Hardi, 2 vol., Paris, 1908, article 3394, janvier 1390 : « à Estienne Bievre, brodeur…pour Mgr…une chambre de vyolet..oumilieu de chascune piece a I grant ray de soleil, où sont comprins dedens et ouvrez de brodure les armez des pays de Mgr, et aux quatre quingnés de chascune piece a I esgle estant sur une terrasse et tenant un roleau où est escript son mot : Y me Tarde… », Art 3792 et suiv, novembre - juillet 1390, peintures réalisées au château de Germolles sous la direction de Jehan de Beau mex… : « Pour 200 roleaux d’or, sur quoy est escript : Y me tarde... avec les P et marguerites de la chambre de Madame ». MORANVILLE H., Inventaire de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, en 1420, Paris, 1935, article 689 : « ung estuy à oeillez d’argent néellé, escript dessus : Y me tarde, garni de bericles… », art 723 : « ung autre colier à levrier, de veluyaul vermeil brodé en deux escussons des armes de feu monseigneur le duc Phelippe et escript dessus : Y me tarde, de menues perles… ».

Pour citer cet article

(2013). "Y ME TARDE". Devise - CESCM - Les familles | Maison de Bourgogne | Philippe II de Bourgogne.

[En ligne] Publié en ligne le 28 septembre 2013.

URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1453

Consulté le 23/09/2019.


Philippe II de Bourgogne - Philippe le Hardi

  • Nom : Philippe II de Bourgogne
  • Surnom : Philippe le Hardi
  • Dates : 1342 †1404
  • Fonction : comte de Touraine de 1360 à 1363, duc de Bourgogne de 1363 à 1404, comte palatin de Bourgogne et comte de Flandre de 1369 à 1404, comte de Nevers de 1369 à 1385 et de Rethel de 1369 à 1393
  • Père : Jean II le Bon, roi de France
  • Mère : Bonne de Luxembourg
  • Épouse : En 1369, Marguerite de Male (1350 †1405), veuve de Philippe de Rouvres (1346 †1361), duc de Bourgogne
  • Enfants : Jean (1371 †1419), duc de Bourgogne ; Charles (1372 †1373) ; Marguerite (1374 †1385), épouse de Guillaume IV de Bavière, comte de Hainaut ; Catherine (1378 †1425), épouse de Léopold IV, duc d’Autriche ; Bonne (1379 †1399) ; Marie (1380 †1428), épouse d’Amédée VIII, duc de Savoie ; Antoine (1384 †1415), duc de Brabant ; Philippe (1389 †1415), comte de Nevers et de Rethel ; illégitimes : de Marie d’Auberchicourt, dame du Risoir, Henri du Risoir (1360 †1409), Suzanne de Brabant, épouse de Jacques Wytvliet.  
  • Armoirie : A partir de 1363 : écartelé au 1 et 4 de France (d’azur semé de fleurs de lis d’or) à la bordure componée d’argent et de gueules, au 2 et 3 de Bourgogne (bandé d’or et d’azur à la bordure de gueules) ; supports : deux lions ou deux anges ; cimier : la fleur de lis carrée d’or
  • Ordre : Fondateur de l’ordre de l’Arbre d’or, membre de l’ordre de la Cosse de genêt


Contacts

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu
86034 POITIERS Cedex - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 15 janvier 2018

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)