barbacane

une barbacane – panneau de bois avec archère destinée à couvrir les merlons – parfois enflammée ou surmontant un écot enflammé et associée au mot NUL NE SI FROTE

Périodes : 1450, 1460, 1470, 1480, 1490, 1500, 1510

Aire géographique : France

Personnages : Antoine de Bourgogne, le grand bâtard de Bourgogne

Famille : Bourgogne

Devise : barbacane

Monogramme : NIE

Couleur : Jaune/bleu

Mot emblématique : NUL NE SI FROTE

Image1

La devise de la barbacane enflammée associée au mot NULI NE SI FROTA au revers de la médaille réalisée pour Antoine de Bourgogne par Niccolo Fiorentino (Paris, BNF, Cabinet des médailles, MMA AV 307 )

1une barbacane – panneau de bois avec archère destinée à couvrir les merlons – parfois enflammée ou surmontant un écot enflammé et associée au mot NUL NE SI FROTE.  

2Cette devise figure sur de nombreuses sources relatives à ce grand mécène et bibliophile qu’était Antoine de Bourgogne1. A l’instar du fusil, la barbacane est parfois figurée aux armes de Bourgogne, enflammée ou surmontant une bûche enflammée. Dans ce cas elle s’apparente aux autres devises flamboyantes de Philippe le Bon et de ses parents. Le mot NUL NE SI FROTE semble expliciter sa symbolique agressive bien que la barbacane, située d’ordinaire entre les merlons, dans les créneaux, ait plutôt une fonction défensive. Elle est peut-être confondue avec les panneaux mobiles destinés à protéger les archers ou les cannoniers. Cette devise reflète en tous cas la carrière des armes si brillamment exercée par le Grand Bâtard.

3 Il est possible qu’Antoine ait hérité sa barbacane, de même que ses armes, son cimier et son titre de Grand Bâtard, de son demi-frère Corneille (†1452), autre bâtard ducal. Lorsque Jean de Haynin relate la bataille de Gavre en 1453, il précise aussi que « ses archers [ceux d’Antoine de Bourgogne] avoient paltotz rouges à tout la croix de Sainct-Andrieu blanche et une barbecane au milieu de la croix »2.

L’emblématique d’Antoine de Bourgogne – armoiries entourées du collier de la Toison d’or, barbacane (non flamboyante) et mot NUL NE SI FROTE – sur un linteau du moulin de Tournehem-sur-la-Hem (Pas de Calais). Ministère de la culture. Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Image2

La devise de la barbacane associée au mot et aux lettres NIE au revers du portrait du Grand Bâtard par Hans Memling (Chantilly, Musée Condé)

Image3

Bibliographie

GUILBAUD F., Les bâtards de Bourgogne au XVe siècle, Mémoire de master sou la direction de L. Hablot, Poitiers, 2011.

Van den Bergen-Pantens C., « Héraldique et bibliophilie : Le cas d’Antoine, grand bâtard de Bourgogne (1421-1504) », Miscellanea Martin Wittek, Louvain-Paris, 1993.

MARCHANDISSE A., « Les tribulations du Grand Bâtard Antoine de Bourgogne en Italie (1475) », Publication du Centre européen d'Études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), t. 49, 2009, Rencontres de Rome (25 au 27 septembre 2008) : « Bourguignons en Italie, Italiens dans les Pays bourguignons », p. 23-49 (en coll. avec C. Masson).

Notes

1  On la retrouve par exemple sur le revers d’une médaille attribuée à Jean de Candida (vers 1472-1480), Paris, Cabinet des médailles, coll. AV, n° 172 ; au revers d’une Crucifixion, Paris, Musée de Cluny ; sur le Livre de Bonnes Moeurs de Jacques de Gand, (cote ?) folio 44v ; sur les Chroniques de Froissart, Berlin, Staatsbibliothek, Dépôt Breslau, Ms. 1, 4e partie, fol. 156 ; sur les Chroniques de Pise, Paris, BNF, Ms. 9041, fol. 115 ; sur les Méditations de saint Augustin, Bruxelles, KBR, Ms. 9297-9303, fol. 5 ; sur Le livre de la destruction de Troie, 3eme livre, Bruxelles, KBR, Ms. 9571-9572, fol. 4v° ; le Rational des divins offices, Paris, BNF, Ars. Ms. 2001, fol. 5.

2  JEAN de HAYNIN, Mémoires, t. I, Mons, 1862, p. 32-32.

Pour citer cet article

(2013). "Barbacane". Devise - CESCM - Les familles | Maison de Bourgogne | Antoine, bâtard de Bourgogne.

[En ligne] Publié en ligne le 23 octobre 2013.

URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1604

Consulté le 15/11/2018.


Antoine, bâtard de Bourgogne - Le grand Bâtard de Bourgogne

  • Nom : Antoine de Bourgogne
  • Surnom : Le grand bâtard de Bourgogne
  • Dates : 1421 †1504
  • Fonction : Seigneur de Beveren, comte de Grandpré (1478)Premier chambellan de Bourgogne
  • Père : Philippe le Bon
  • Mère : Jeanne de Presles (†1440)
  • Épouse : En 1459, Marie de La Vieville (†1500)
  • Enfants : Philippe (†1498) seigneur de Beveren ; Jeanne (†1511) ; Marie et deux fils naturels de Marie de Bream : Antoine, seigneur de Wakken ; Nicolas (†1520)
  • Armoirie : Entre 1446 et 1453 : d’argent à bande aux armes de Bourgogne (Ecartelé au 1 et 4 de Bourgogne Valois (d’azur semé de fleurs de lis d’or à la bordure componées d’argent et de gueules), au 2 parti de Bourgogne (bandé d’or et d’azur à la bordure de gueules) et de Brabant (de sable au lion d’or armé et lampassé de gueules), au 3 parti de Bourgogne et de Limbourg (d’argent au lion de gueules), un écusson de Flandre (d’or au lion de sable) brochant), après 1453, de Bourgogne à la cotice en barre de gueules. Cimier : un grand duc ou la fleur de lis carrée
  • Ordre : Chevalier de la Toison d’or (1456) et chevalier de l’ordre de Saint-Michel (1478 dest. 1480)


Contacts

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu
86034 POITIERS Cedex - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 15 janvier 2018

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)