Vous êtes ici : Accueil > Les familles > Maison d'Anjou-Naple... > Louis de Tarente > nœud (en huit)

nœud (en huit)

Un noeud de cordage en forme de huit

Périodes : 1350, 1340, 1360

Aire géographique : Naples

Personnage : Louis de Tarente

Famille : Anjou-Naples

Devises : noeud en huit, colombe

Mot emblématique : CE DIEU PLAIT ou IL A PLEU A DIEU

1Image2Image3

2Un nœud en huit  associé au mot CE DIEU PLAIST (1352 †1362) associé à une colombe rayonnante

3Après l’assassinat d’André de Hongrie, duc de Calabre, époux de Jeanne Ière, reine de Naples, Louis de Tarente épouse sa veuve, devenant prince consort du royaume de Naples en 1348. En 1352, il proclame, à Naples, à l’instigation de son conseiller, Niccolo Acciaiuoli, la fondation d’un ordre de chevalerie sans doute inspiré en partie par l’ordre de l’Etoile de Jean le Bon1. Seul le splendide manuscrit des statuts conservé, quelques occurrences dans des chroniques et des lettres envoyées aux titulaires apportent quelques informations2. Le premier but de la Compagnie du Saint-Esprit au Droit Désir, également appelée compagnie du Nœud en raison de sa devise, est de fidéliser autour du souverain une noblesse éclatée par les querelles de succession au trône de Naples et que la lettre du pape, du 23 mars 1352, reconnaissant le titre royal de Louis et son droit à la co-régence, n’a pas suffit à rallier.

4 Suivant les statuts, la devise courante de l’ordre est constituée d’un nœud en huit ou nœud d’amour et du mot SE DIEU PLAIST que les compagnons doivent porter en toutes circonstances. La particularité de cette devise est de pouvoir, comme l’ordre de la Bande en Castille ou plus tard l’ordre du Navire en Sicile,  être modifiée sous certaines conditions. Tout chevalier touché dans un combat où une bannière est levée ou ayant touché un adversaire peut porter le nœud dénoué3. Un chevalier qui porte le nœud dénoué peut le renouer après avoir visité le Saint-Sépulcre et y avoir ostensiblement offert sa broche au nœud accompagnée de son nom. Il porte alors le nœud renoué accompagné du mot IL A PLEEU A DIEU4. Je présente ici les reconstitutions de la devise du nœud et de ses variantes proposées par M. Boulton d’après les descriptions des statuts5.

5 Le nœud symbolise les liens qui unissent les chevaliers de la compagnie. Selon Boulton, le mot qui accompagne la devise joue sur les mots plaire et plait, synonyme de nœud.

6Une colombe rayonnante forme la seconde devise de l’ordre et évoque le saint Esprit sous l’invocation duquel est placé la compagnie. Cette colombe figure sur la bannière de l’ordre, comme en attestent les statuts, mais également sur la poitrine des chevaliers en habits de cérémonie, il s’agit donc bien d’une des devises de l’ordre, au même titre que le nœud.

7L’ordre disparaît avec son fondateur en 1362, sa veuve, Jeanne, jusqu’alors écartée du pouvoir, n’ayant aucun intérêt à maintenir le souvenir de son époux, pas plus que son successeur Charles III de Duras.

Bibliographie

Boulton D’A. J. D., The Knights of the Crown : The Monarchical Orders Of Knighthood In Later Medieval Europe, 1325 1520, Woodbridge, 1987, rééd. 2000, p. 211-240.

Pollastri S., La Noblesse napolitaine sous la dynastie angevine: l'aristocratie des comtes (1265-1435), Université Paris X-Nanterre. Du même auteur, article Ordre du Nœud sur Wikipedia

Bock N., « Enluminure, cérémonial et idéologie monarchique au xive siècle », Art, Cérémonial et liturgie au Moyen Age, Actes du Colloque de 3e cycle Romand de Lettres (Lausanne-Fribourg, 14-15 avril; 12-13 mai 2000), Bock N., Kurmann P., Romano S. dir., Rome, 2002, p. 415-452.

A. PerriccioliSaggese A., « Gli Statudi dell'Ordine dello Spirito Santo o del Nodo. Immagine e ideologia del potere regio a Napoli alla metà del Trecento », Medioevo: immagini e ideologie, Quintavalle A. C. dir., Milan, 2005, p. 519-524.

Notes

1  Sur cet ordre lire D’A. J. D. Boulton, The Knights of the Crown : The Monarchical Orders Of Knighthood In Later Medieval Europe, 1325 1520, Woodbridge, 1987, rééd. 2000, p. 211-240.

2  Statuts de l’ordre du Saint-Esprit au droit désir, Paris, BN, Ms. Fr. 4274, Naples, 1352. N. Bock, « L’ordre du Saint-Esprit au Droit Désir. Enluminure, cérémonial et idéologie monarchique au XIVe siècle », VV. AA. : Art, cérémonial et liturgie au Moyen Âge, Rome, 2000, p. 415-451

3  Ces prouesses étant jugées trop faciles à accomplir, ce paragraphe est corrigé dans les amendements des statuts et les nouvelles conditions pour dénouer le nœud sont d’avoir combattu contre au moins cinquante combattants avec une force égale ou inférieure et d’avoir été le premier à attaquer l’ennemi, d’avoir pris ou mis à terre une bannière, ou capturé le capitaine ennemi, ou encore d’avoir combattu au moins 300 ennemis avec une force inférieure ou égale et d’avoir été le premier à attaquer la ligne adverse. Statuts, chapitres 24 et 25.

4  La tombe de Coluccio Bozzuto dans la cathédrale de Naples confirme l’application concrète de cette pratique puisque son épitaphe précise : Hic jacet stenuus miles Colutius Buczutus... qui fuit de societate Nodi illustris Ludovici Regis Sicilie quem Nodum in campali belli victoriose dissolvit, et dictum nodum relegavit in Hierusalem..

5  BOULTON, The knights, p. 225, fig. 6.2 et 6.3 a et b.

Pour citer cet article

(2013). "Nœud (en huit)". Devise - CESCM - Louis de Tarente | Maison d'Anjou-Naples | Les familles.

[En ligne] Publié en ligne le 06 septembre 2013.

URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=472

Consulté le 23/09/2017.


Louis de Tarente

  • Nom : Louis de Tarente
  • Surnom : Louis de Naples
  • Dates : 1320 †1362
  • Fonction : Roi consort de Naples de 1347 à 1362.
  • Père : Philippe Ier d’Anjou, prince de Tarente
  • Mère : Catherine, fille de Charles Ier de Valois, impératrice titulaire de Constantinople
  • Épouse : en 1346, Jeanne Ière († 1382), reine de Naples, fille de Charles, duc de Calabre, et de Catherine d’Autriche, veuve d’André de Hongrie, duc de Calabre (†1345)
  • Enfants : Catherine (1347 †1364) et Françoise (1349 †1352)
  • Armoirie : Parti d’Anjou (d’azur semé de fleur de lis d’or au lambel de gueules) et de Jérusalem
  • Ordre : fondateur, en 1352, de l’ordre du Saint-Esprit au droit désir ou ordre du noeud


Contacts

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu
86034 POITIERS Cedex - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 27 février 2017

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)