Vous êtes ici : Accueil > Les familles > Maison d'Aragon > Alphonse V d'Aragon > Trône ardent (siti p...

Trône ardent (siti perillos ou trono ardiente)

Une chaire ou un trône enflammé

Périodes : 1430, 1440, 1450, 1460

Aire géographique : Sicile

Personnage : Alphonse V d’Aragon

Famille : Aragon

Devises : trône ardent, siège périlleux

La devise du trône ardent figurée dans le décor marginal d’un manuscrit peint pour Alphonse V d’Aragon vers 1440 (Justin, Epitome historiarum philippicarum Pompei Trogi, Paris, BNF, Ms. Lat. 4956, fol. 9, 1400-1458)

11426 1458†

2Un trône ardent

3Cette devise se retrouve sur de multiples productions artistiques réalisées pour Alphonse V. Son usage est attesté dès 1426 où elle figure sur une harpe1. En 1429 on la retrouve sur un collier réalisé pour le roi2 et sur 915 jaquettes destinées à sa garde personnelle. On retrouve ensuite abondamment figurée comme par exemple sur les culots des voûtes de la Sala dei Baroni du Castelnuovo de Naples3 ou sur les sculptures de l’intrados de l’arche triomphale4. Elle figure sur divers manuscrits réalisés pour Alphonse V d’Aragon5. Elle sera reprise par son fils naturel Ferdinand Ier, roi de Naples.

4Cette figure fait allusion à la chaise périlleuse de la Table Ronde6. Elle renvoie aux passages durant lesquels les chevaliers indignes qui s’assoient sur le siège périlleux sont engouffrés dans le sol. Celle-ci ne s’enflamme qu’exceptionnellement7. Joan Domenge i Mesquida rappelle que cette devise est l’emblème prophétique par excellence du roi Alphonse. Une version catalane de la Quête del saint Graal circule alors à la cour d’Aragon avec de nombreuses allusions au Siti Perilos. Cette figure est une claire allusion à la quête du Bien et à la pratique des vertus. Comme pour bien d’autres devises princière, ces références à l’univers arthurien caractérisent les cours de la période. Dans le contexte précis du règne, le trône évoque la royauté sur Naples qui ne sera accordée qu’à un homme vertueux, un nouveau Galaad : Alphonse d’Aragon8. Ce trône vacant est notamment mis en scène lors des cérémonies du triomphe d’Alphonse V à Naples en 1443 et relaté sur l’Arche.  La forteresse de Pizzofalcone, dans les environs de Naples est même rebaptisée Siti Perillos dans les années 1430.

la devise du trône ardent sur un culot de la Sala dei Baroni au Castelnuovo de Naples

Bibliographie

Molina Figueras J., "Un emblema arturiano per Alfonso d'Aragona. Storia, mito, propaganda", Bullettino dell'Istituto storico italiano per il medio evo, 114 (2012), p. 243-263.

DOMENGE i MESQUIDA J., « La gran sala de Castelnuovo. Memoria del Alphonsi regis triumphus », Le usate leggiadrie. I cortei, le ceremonie, le feste e il costume nel Mediterraneo tra il XV e XVI secolo, COLESANTI G.T. dir, Montella, 2010, p. 290-338.

alGarra V. M. (1994) “Espacios de poder. Pavimentos cerámicos y escritura en el Real de Valencia en época de Alfonso el Magnánimo”, El poder Real en la Corona de Aragón (s. XIV-XVI), vol. 3, Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón (Jaca, 1993), Zaragoza, p. 269-289.

alisio G., Bertelli S., pinelli A. (2006), Arte e politica tra Napoli e Firenze: Un cassone per il trionfo di Alfonso d’Aragona, Modena.

álVaro, M. I. (2005), “La emblemática en la cerámica”, Emblemata, 11, p. 349-401.

Beltrán R. (2007), “Invenciones poéticas en Tirant lo Blanc y escritura emblemática en la cerámica de Alfonso el Magnánimo”, De la literatura caballeresca al “Quijote”, Zaragoza, p. 59-93.

osMa, G. J. de(1909), Las divisas del Rey en los pavimentos de «obra de Manises» del Castillo de Nápoles (años 1446-1458), Madrid 1909.

Battista R. di (1998-99), “La porta e l’arco di Castelnuovo a Napoli”, Annali di Architettura, X-XI, p. 7-21.

duran E. (2000), “La imatge del rei Alfons”, La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanimo, vol. 2, Atti del XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona (1997), Napoli, p. 1401-1418.

español F. (2001), Els escenaris del rei. Art i monarquia a la Corona d’Aragó, Manresa.

español F. (2002-03), “El salterio y libro de horas de Alfonso el Magnánimo y el cardenal Joan de Casanova (Bristish Library, Ms. Add. 28962)”, Locus Amoenus, 6, p. 91-114.

GarCíaMarsilla J. V. (1996-97), “El poder visible. Demanda y funciones del arte en la corte de Alfonso el Magnánimo”, in Ars Longa, 7-8, p. 33-47.

GarCíaMarsilla J. V. (2000), “Le immagini del potere e il potere delle immagini. I mezzi iconici al servizio della monarchia aragonese nel basso medioevo”, Rivista Storica Italiana, CXII, p. 569-602.

GarCíaMarsilla J. V. (2001), “La cort d’Alfons el Magnànim i l’univers artístic de la primera meitat del quatre-cents”, Seu Vella. Anuari d’Història i Cultura, 3, p. 13-53.

GonzálezhurteBise E. (1907), “Inventario de los bienes muebles de Alfonso V de Aragón como infante y como rey (1412-1424)”, Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, p. 148-188.

La Biblioteca Reale di Napoli al tempo della dinastia aragonese (1998), cat. exp., (a cura de) tosCano G., València.

Massip F. (1994), “Imagen y espectáculo del poder real en la entronización de los Trastámara (1414)”, in El poder Real en la Corona de Aragón (s. XIV-XVI), vol. 3, Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Zaragoza, 1994, p. 371-386.

Massip F. (2000), “De ritu social a espectacle del Poder: l’Entrada triomfal d’Alfons el Magnànim a Nàpols (1443), entre la tradició catalana i la innovació humanística”, in La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanimo, voll. 2, Atti del XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona, Napoli, p. 1859-1889.

tintó M. (2005), “Dos fermalls i altres joies d’Alfons el Magnànim, segons un inventari de la taula de canvi de la ciutat de Barcelona”, in Acta Historica et Archeologica Medievalia, 26, p. 767-773.

tosCano G. (1998), “La formación de la biblioteca de Alfonso el Magnánimo: documentos, fuentes, inventarios”, in La Biblioteca Reale..., p. 185-219.

tosCano G. (2001), “Nápoles y el Mediterráneo”, in El Renacimiento Mediterráneo, cat. exp., natale M. dir., Madrid, p. 79-99.

VillanueVa, l. t. (1919), “La orden de caballería de la Jarra”, in Boletín de la Real Academia de la Historia, LXXV, pp. 68-77. zaraGozá, a. (2000), Arquitectura gótica valenciana, siglos XIII-XV, València.

Barreto J., La majesté en images. Portraits du pouvoir dans la Naples des Aragon, Rome, EFR, 2013, p. 220-228

Notes

1  español F. (2002-03), “El salterio y libro de horas de Alfonso el Magnánimo y el cardenal Joan de Casanova (Bristish Library, Ms. Add. 28962)”, Locus Amoenus, 6, p. 110 note 129.

2  ab alguns citis perillosos que·s mostren de lochs en lochs en lo dit collar, documentado en 1429. tintó M. (2005), “Dos fermalls i altres joies d’Alfons el Magnànim, segons un inventari de la taula de canvi de la ciutat de Barcelona”, Acta Historica et Archeologica Medievalia, 26, p. 771.

3  DOMENGE i MESQUIDA J., « La gran sala de Castelnuovo. Memoria del Alphonsi regis triumphus », Le usate leggiadrie. I cortei, le ceremonie, le feste e il costume nel Mediterraneo tra il XV e XVI secolo, COLESANTI G.T. dir, Montella, 2010, p. 290-338.

4  Joan Domenge i Mesquida, « La gran sala de Castelnuovo, Memoria del Alphonsi regis triumphus », Le usate leggiadrie I cortei, le cerimonie, le feste e il costume nel Mediterraneo tra il XV e XVI secolo, Centre français d’études sur la Méditerranée, Montella, 2010, p. 290-338.

5  Elle apparaît déjà sur les Heures de Martin d’Aragon (Paris, BNF, Ms. Rotschild 2529, fol. 444v°, vers 1420-1430. On retrouve cette devise avec celle de la Jarre remplie de lys et celle du livre ouvert sur un décor marginal d’un manuscrit de l’Epitome historiarum philippicarum Pompei Trogi de Justin réalisé pour Alphonse V, Paris, BNF, Ms. Lat. 4956, Fol. 9r

6  C’est bien la chaise périlleuse des romans arthuriens qu’il faut reconnaître dans cette devise. Selon le Merlin de Robert de Boron écrit au début du XIIIe siècle la Table Ronde comporte cinquante et un sièges dont la chaise périlleuse, placée à la droite de celle d’Arthur, qui est réservée au chevalier sans reproche qui rapportera le Graal. Le parallèle avec la Cène est contenu dans l’idée que cette chaise périlleuse était celle de Judas. En retrouvant le Graal, le chevalier qui y prendra place réparera la faute du traître. MICHA, « La Table Ronde chez Robert de Boron et dans la Queste du Saint Graal », p. 119-136.

7  Je remercie vivement Jonano Barreto pour cette remarque. Sur le sujet voir, BOGDANOW F., La quête de saint Graal, Paris, Lettres Gothiques, 2006, p. 807

8  C’est ce que formulent les conseillers royaux : lo siti perillós que lo dit senyor fa per sa divisa o empresa, y que una de les dites Virtuts ab alta veu significà e parlà al dit senyor que la dita empresa del dit siti perillós, per la benaventurada conquesta havie son obtente, com algun altre rey, príncep ne senyor no ere stat digne de seure sobre aquell siti, sinó lo dit senyor que havia supeditat e obtengut lo dit reyalme (Madurell, 1963, p. 218).

Pour citer cet article

(2013). "Trône ardent (siti perillos ou trono ardiente)". Devise - CESCM - Alphonse V d'Aragon | Les familles | Maison d'Aragon.

[En ligne] Publié en ligne le 21 décembre 2013.

URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=592

Consulté le 23/09/2017.


Alphonse V d'Aragon

  • Nom : Alphonse V d’Aragon
  • Surnom : Alphonse Le Magnanime
  • Dates : 1394 †1458
  • Fonction : Roi d’Aragon en 1416 ; Roi de Sicile en 1442
  • Père : Ferdinand Ier d’Aragon
  • Mère : Eléonore d’Albuquerque
  • Épouse : En 1415, Marie de Castille (1401 †1458), fille d’Henri III de Castille et de Catherine de Lancastre
  • Enfants : D’une maîtresse de Valence : Ferdinand Ier (1423 †1494), roi de Naples
  • Armoirie : Alphonse V d’Aragon porte, séparément ou parties, les armes d’Aragon-Barcelone (d’or à quatre pals de gueules)et les armes d’Aragon-Sicile (écartelé en sautoir Aragon et de Hohenstaufen (d’argent à l’aigle de sable) ; et les armes écartelées d’Aragon et d’Anjou-Hongrie, rois de Naples (tiercé en pal de Hongrie (fascé d’argent et de gueules), d’Anjou-Naples (d’azur semé de lis d’or au lambel de gueules) et de Jérusalem (d’argent à la croix potencée d’or cantonnée de quatre croisettes du même) ; Cimier : un dragon issant d’or
  • Ordre : Maître de l’ordre de la Jarre et de l’Etole ; Ordre de la Toison d’Or (de Philippe le Bon) ; Ordre du Dragon (de l’empereur Sigismond) ; Ordre de la Jarretière (en 1450 d’Henri VI)


Contacts

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu
86034 POITIERS Cedex - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 27 février 2017

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)