Vous êtes ici : Accueil > Les familles > Maison d'Aragon > Alphonse V d'Aragon > millet (mills ou esp...

millet (mills ou espigas de mijo)

gerbe de millet ou deux ou trois épis de millet noués

Périodes : 1430, 1420, 1440, 1460, 1450

Aires géographiques : Sicile, Aragon

Personnage : Alphonse V d’Aragon

Famille : Aragon

Devise : millet

Image1

La devise de la gerbe de millet figurée dans le décor marginal d’un manuscrit peint pour Alphonse V d’Aragon vers 1440 (Justin, Epitome historiarum philippicarum Pompei Trogi, Paris, BNF, Ms. Lat. 4956, fol. 9, 1400-1458)

11419 †1458

2Une gerbe de millet

3Cette devise se retrouve sur de multiples productions artistiques réalisées pour Alphonse V. On la voit par exemple sur le grand sceau utilisé par Alphonse V  entre 1444 et 1457, dans le décor du Castel Nuovo de Naples (culots, plafonds, arche, pavements)1 ou les marges de plusieurs de ses manuscrits2.

4J. Domenge rappelle la symbolique de fertilité et d’incorruptibilité attachée au millet, allusion aux vertus conséquentes à l’exercice du bon gouvernement3. F. Espanol propose de voir dans cette devise une allusion à un passage du roman catalan du Tirant lo Blanc au chapitre 119 : « Tirant se vêtit d’un manteau couvert d’orfèvrerie. La devise était toute de brins de millet et les épis étaient de perles fort grosses et fort précieuses avec un mot assis au quatre coins du manteau qui disait « un vaut mille et mille ne valent pas un » et les chausses et le chaperon portés à la française avec la même devise »4. Ces allusions correspondent bien aux vertus militaire dont se revendique Alphonse V et entretiennent même probablement un jeu de mot avec le terme miles.

les devises d’Alphonse V dont une version primitive de l’épi de millet dans les Heures de Martin d’Aragon (Paris, BNF, Ms. Rotschild 2529, fol. 444v°, à l’office de saint Georges)

Image2

Bibliographie

DOMENGE i MESQUIDA J., « La gran sala de Castelnuovo. Memoria del Alphonsi regis triumphus », Le usate leggiadrie. I cortei, le ceremonie, le feste e il costume nel Mediterraneo tra il XV e XVI secolo, COLESANTI G.T. dir, Montella, 2010, p. 290-338.

alGarra V. M. (1994) “Espacios de poder. Pavimentos cerámicos y escritura en el Real de Valencia en época de Alfonso el Magnánimo”, El poder Real en la Corona de Aragón (s. XIV-XVI), vol. 3, Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón (Jaca, 1993), Zaragoza, p. 269-289.

alisio G., Bertelli S., pinelli A. (2006), Arte e politica tra Napoli e Firenze: Un cassone per il trionfo di Alfonso d’Aragona, Modena.

álVaro, M. I. (2005), “La emblemática en la cerámica”, Emblemata, 11, p. 349-401.

Beltrán R. (2007), “Invenciones poéticas en Tirant lo Blanc y escritura emblemática en la cerámica de Alfonso el Magnánimo”, De la literatura caballeresca al “Quijote”, Zaragoza, p. 59-93.

osMa, G. J. de(1909), Las divisas del Rey en los pavimentos de «obra de Manises» del Castillo de Nápoles (años 1446-1458), Madrid 1909.

Battista R. di (1998-99), “La porta e l’arco di Castelnuovo a Napoli”, Annali di Architettura, X-XI, p. 7-21.

duran E. (2000), “La imatge del rei Alfons”, La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanimo, vol. 2, Atti del XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona (1997), Napoli, p. 1401-1418.

español F. (2001), Els escenaris del rei. Art i monarquia a la Corona d’Aragó, Manresa.

GarCíaMarsilla J. V. (1996-97), “El poder visible. Demanda y funciones del arte en la corte de Alfonso el Magnánimo”, in Ars Longa, 7-8, p. 33-47.

GarCíaMarsilla J. V. (2000), “Le immagini del potere e il potere delle immagini. I mezzi iconici al servizio della monarchia aragonese nel basso medioevo”, Rivista Storica Italiana, CXII, p. 569-602.

GarCíaMarsilla J. V. (2001), “La cort d’Alfons el Magnànim i l’univers artístic de la primera meitat del quatre-cents”, Seu Vella. Anuari d’Història i Cultura, 3, p. 13-53.

GonzálezhurteBise E. (1907), “Inventario de los bienes muebles de Alfonso V de Aragón como infante y como rey (1412-1424)”, Anuari de l’Institut d’Estudis Catalans, p. 148-188.

La Biblioteca Reale di Napoli al tempo della dinastia aragonese (1998), cat. exp., (a cura de) tosCano G., València.

Massip F. (1994), “Imagen y espectáculo del poder real en la entronización de los Trastámara (1414)”, in El poder Real en la Corona de Aragón (s. XIV-XVI), vol. 3, Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón, Zaragoza, 1994, p. 371-386.

Massip F. (2000), “De ritu social a espectacle del Poder: l’Entrada triomfal d’Alfons el Magnànim a Nàpols (1443), entre la tradició catalana i la innovació humanística”, in La Corona d’Aragona ai tempi di Alfonso il Magnanimo, voll. 2, Atti del XVI Congresso Internazionale di Storia della Corona d’Aragona, Napoli, p. 1859-1889.

tintó M. (2005), “Dos fermalls i altres joies d’Alfons el Magnànim, segons un inventari de la taula de canvi de la ciutat de Barcelona”, in Acta Historica et Archeologica Medievalia, 26, p. 767-773.

tosCano G. (1998), “La formación de la biblioteca de Alfonso el Magnánimo: documentos, fuentes, inventarios”, in La Biblioteca Reale..., p. 185-219.

tosCano G. (2001), “Nápoles y el Mediterráneo”, in El Renacimiento Mediterráneo, cat. exp., natale M. dir., Madrid, p. 79-99.

VillanueVa, l. t. (1919), “La orden de caballería de la Jarra”, in Boletín de la Real Academia de la Historia, LXXV, pp. 68-77. zaraGozá, a. (2000), Arquitectura gótica valenciana, siglos XIII-XV, València.

3  DOMENGE i MESQUIDA J., « La gran sala de Castelnuovo. Memoria del Alphonsi regis triumphus », Le usate leggiadrie. I cortei, le ceremonie, le feste e il costume nel Mediterraneo tra il XV e XVI secolo, COLESANTI G.T. dir, Montella, 2010, p. 290-338.

4  Joanot Martorell, Tirant lo blanc, Marti Joan de Galca éd., Madrid, 1969, vol. I, p. 302. Trad. L. Hablot. Cité dans español F. (2002-03), “El salterio y libro de horas de Alfonso el Magnánimo y el cardenal Joan de Casanova (Bristish Library, Ms. Add. 28962)”, Locus Amoenus, 6, p. 111. J Domenge souligne que, d’après Beltran (2007), cette devise portée par Tirant répond à celle de sa dame Carmesina qui port une plante du nom d’ « amor val ».

Notes

1  DOMENGE i MESQUIDA J., « La gran sala de Castelnuovo. Memoria del Alphonsi regis triumphus », Le usate leggiadrie. I cortei, le ceremonie, le feste e il costume nel Mediterraneo tra il XV e XVI secolo, COLESANTI G.T. dir, Montella, 2010, p. 290-338. L’auteur cite le pavement de Sala dei Baroni et la commande de obra de terra o rajoletes au maître Johan Murcí aui en 1446 est payé pour lo preu de XIII millers e CCCCLVIII rajoletes pintades de obra de Manizes ab senyal reyal e les armes d’Arago e de Sicilia e d’Arago e del realme de Napols e ab la divisa del dit senyor de libres e mills e lo siti perillos e ab un titol que diu «Dominus michi adiutor et ego despiciam inimicos meos». Il fournira encore 200.000 azulejos avec le même décor.

2  Elle apparaît déjà sur les Heures de Martin d’Aragon (Paris, BNF, Ms. Rotschild 2529, fol. 444v°, vers 1420-1430. On retrouve cette devise avec celle de la Jarre remplie de lys et celle du livre ouvert sur un décor marginal d’un manuscrit du Justin, Epitome historiarum philippicarum Pompei Trogi, Paris, BNF, Ms. Lat. 4956, fol. 9, 1400-1458)

Pour citer cet article

(2013). "Millet (mills ou espigas de mijo)". Devise - CESCM - Alphonse V d'Aragon | Maison d'Aragon | Les familles.

[En ligne] Publié en ligne le 17 mai 2013.

URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=604

Consulté le 23/09/2017.


Alphonse V d'Aragon

  • Nom : Alphonse V d’Aragon
  • Surnom : Alphonse Le Magnanime
  • Dates : 1394 †1458
  • Fonction : Roi d’Aragon en 1416 ; Roi de Sicile en 1442
  • Père : Ferdinand Ier d’Aragon
  • Mère : Eléonore d’Albuquerque
  • Épouse : En 1415, Marie de Castille (1401 †1458), fille d’Henri III de Castille et de Catherine de Lancastre
  • Enfants : D’une maîtresse de Valence : Ferdinand Ier (1423 †1494), roi de Naples
  • Armoirie : Alphonse V d’Aragon porte, séparément ou parties, les armes d’Aragon-Barcelone (d’or à quatre pals de gueules)et les armes d’Aragon-Sicile (écartelé en sautoir Aragon et de Hohenstaufen (d’argent à l’aigle de sable) ; et les armes écartelées d’Aragon et d’Anjou-Hongrie, rois de Naples (tiercé en pal de Hongrie (fascé d’argent et de gueules), d’Anjou-Naples (d’azur semé de lis d’or au lambel de gueules) et de Jérusalem (d’argent à la croix potencée d’or cantonnée de quatre croisettes du même) ; Cimier : un dragon issant d’or
  • Ordre : Maître de l’ordre de la Jarre et de l’Etole ; Ordre de la Toison d’Or (de Philippe le Bon) ; Ordre du Dragon (de l’empereur Sigismond) ; Ordre de la Jarretière (en 1450 d’Henri VI)


Contacts

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu
86034 POITIERS Cedex - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 27 février 2017

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)