Vous êtes ici : Accueil > Les familles > Maison d'Aragon-Napl... > Alphonse II de Naple... > Trône ardent (siti p...

Trône ardent (siti perollos ou trono ardiente)

Un trône enflammé

Périodes : 1470, 1480, 1490, 1500

Aires géographiques : Sicile, Naples

Personnages : Alphonse de Calabre, Alphonse II de Naples

Famille : Aragon-Naples

Devises : trône ardent, siège périlleux

Image1

La devise du trône ardent dans le Aristote, Ethique, Paris, BNF, Ms. Lat. 6309, fol. 5.

1Un trône ardent (siti perillos)

2Cette devise, adoptée par Alphonse V d’Aragon est reprise par Alphonse II de Naples, et se retrouve sur plusieurs de ses manuscrits1.

3Ferdinand Ier avait déjà repris cette devise initiée par son père Alphonse V. Elle figure dans de nombreux documents associés au roi de Naples dont les décors du Castelnuovo, ses manuscrits et les maillons du collier de son ordre de l’Hermine.

4Cette figure fait allusion à la chaise périlleuse de la Table Ronde2. Joan Domenge i Mesquida rappelle que cette devise est l’emblème prophétique par excellence du roi Alphonse. Une version catalane de la Quête del saint Graal circule alors à la cour d’Aragon avec de nombreuses allusions au Siti Perilos. Cette figure est une claire allusion à la quête du Bien et à la pratique des vertus. Comme pour bien d’autres devises princières, ces références à l’univers arthurien caractérisent les cours de la période.

5Cette devise se retrouve sur certaines de ses monnaies

Image2

Bibliographie

DOMENGE i MESQUIDA J., « La gran sala de Castelnuovo. Memoria del Alphonsi regis triumphus », Le usate leggiadrie. I cortei, le ceremonie, le feste e il costume nel Mediterraneo tra il XV e XVI secolo, COLESANTI G.T. dir, Montella, 2010, p. 290-338.

alGarra V. M. (1994) “Espacios de poder. Pavimentos cerámicos y escritura en el Real de Valencia en época de Alfonso el Magnánimo”, El poder Real en la Corona de Aragón (s. XIV-XVI), vol. 3, Actas del XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón (Jaca, 1993), Zaragoza, p. 269-289.

álVaro, M. I. (2005), “La emblemática en la cerámica”, Emblemata, 11, p. 349-401.

Battista R. di (1998-99), “La porta e l’arco di Castelnuovo a Napoli”, Annali di Architettura, X-XI, p. 7-21.

español F. (2001), Els escenaris del rei. Art i monarquia a la Corona d’Aragó, Manresa.

GarCíaMarsilla J. V. (2000), “Le immagini del potere e il potere delle immagini. I mezzi iconici al servizio della monarchia aragonese nel basso medioevo”, Rivista Storica Italiana, CXII, p. 569-602.

La Biblioteca Reale di Napoli al tempo della dinastia aragonese (1998), cat. exp., (a cura de) tosCano G., València.

tosCano G. (1998), “La formación de la biblioteca de Alfonso el Magnánimo: documentos, fuentes, inventarios”, in La Biblioteca Reale..., p. 185-219.

tosCano G. (2001), “Nápoles y el Mediterráneo”, in El Renacimiento Mediterráneo, cat. exp., natale M. dir., Madrid, p. 79-99.  

Notes

1   Voir par exemple le Londres, B.L. Burney 343, fol. 1 ; Hérodote, Histoires, Paris, BNF, Ms. Lat. 8952, fol. 1 ; Platon,Oeuvres, Paris, BNF, Ms. Lat. 6568, fol. 3.

2  C’est bien la chaise périlleuse des romans arthuriens qu’il faut reconnaître dans cette devise. Selon le Merlin de Robert de Boron écrit au début du XIIIe siècle la Table Ronde comporte cinquante et un sièges dont la chaise périlleuse, placée à la droite de celle d’Arthur, qui est réservée au chevalier sans reproche qui rapportera le Graal. Le parallèle avec la Cène est contenu dans l’idée que cette chaise périlleuse était celle de Judas. En retrouvant le Graal, le chevalier qui y prendra place réparera la faute du traître. MICHA, « La Table Ronde chez Robert de Boron et dans la Queste du Saint Graal », p. 119-136.

Pour citer cet article

(2013). "Trône ardent (siti perollos ou trono ardiente)". Devise - CESCM - Alphonse II de Naples | Les familles | Maison d'Aragon-Naples.

[En ligne] Publié en ligne le 21 mai 2013.

URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=695

Consulté le 18/08/2019.


Alphonse II de Naples

  • Nom : Alphonse II de Naples
  • Surnom : Alphonse de Calabre
  • Dates : 1448 †1495
  • Fonction : duc de Calabre ; roi de Sicile
  • Père : Ferdinand Ier, roi de Naples
  • Mère : Isabel de Chiaramonte (Isabelle de Tarente)
  • Épouse : Hyppolite Marie (1446 †1488), fille de Francesco Sforza, duc de Milan et de Blanche Marie Visconti
  • Enfants : Ferdinand II (1469 †1496), roi de Naples ; Pierre (1471 †1491), prince de Rossano ; Isabelle (1470 †1524), épouse Jean Galéas II Sforza, duc de Milan ; De sa maîtresse Tuscia Gazullo : Alphonse d’Aragon (1481 †1500), épouse Lucrèce Borgia ; Sancha d’Aragon (1485 †1504), épouse Jofre Borgia
  • Armoirie : Comme duc de Calabre : Ecartelé d’Aragon (d’or à quatre pals de gueules) et de Calabre (d’argent à la croix potencée de sable) les quartiers parfois inversés ; Comme roi de Sicile : écartelé d’Aragon (d’or à quatre pals de gueules) et de Sicile (tiercé en pal de Hongrie, d’Anjou-Naples et de Jérusalem) ; Cimier : un dragon issant d’or
  • Ordre : Ordre de l’Hermine ?


Contacts

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu
86034 POITIERS Cedex - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 15 janvier 2018

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)