Vous êtes ici : Accueil > Les familles > Maison de Castille > Jean Ier de Castille > Colombe

Colombe

La colombe du Saint-Esprit dans des rais de soleil

Périodes : 1370, 1380, 1390

Aire géographique : Espagne-Castille

Personnage : Jean Ier de Castille

Famille : Castille-Trastamare

Devise : colombe

11390-1390†

2La colombe du Saint-Esprit dans des rais de soleil

3Le 25 juillet, jour de la Saint-Jacques, 1390, Jean Ier proclama l’adoption de deux nouvelles devises, un collier de rais de soleil duquel pend une colombe représentant le saint Esprit qui serait distribué aux chevaliers de sa maison qui suivraient certaines conditions consignées dans des statuts, et une rose, pour les écuyers de sa maison1. Comme le précise Alvaro de Cordova Miralles2, cette fondation s’inscrit dans un contexte général de rénovation spirituelle et chevaleresque du royaume de Castille à l’issue des défaites contre le Portugal3. M. Boulton, montre par ailleurs que l’apparition de ces nouvelles devises atteste du fait que la Bande ne remplit plus son rôle de marque de fidélité et de faveur à moins qu’il n’existe une graduation entre ces différentes devises, à l’exemple du modèle anglais. La distinction entre chevaliers et écuyers souligne la volonté du souverain de rénover la chevalerie de son royaume et A. de Cordova suggère la permanence d’une noblesse liée par des liens vassaliques et désignée par l’ordre de la Bande et le développement d’une noblesse de service distinguée par les devises de la rose et du Saint-Esprit.

4 On ne saurait oublier la possible influence, au moins symbolique et politique, de l’ordre napolitain du Nœud dont le pendant est également constitué de la colombe du Saint-Esprit, principale figure théologico-politique de l’ordre4. A de Cordova rappelle en outre la diffusion contemporaine du culte au saint Esprit porté notamment par l’ordre franciscain.

5Cette mise en forme de la devise royale semble faire école dans la péninsule puisque la collier Navarrais du Lévrier Blanc apparaît en 1391 et celui de la Couronne double d’Aragon en 1392. On ne connaît d’ailleurs pas de représentation contemporaine de l’ordre du Saint-Esprit. M. Boulton en propose une reconstitution5. Certains auteurs soutiennent que les successeurs de Jean Ier, notamment Henri III après 1399, auraient maintenu l’usage de ces devises jusque vers 1470, ce que confirme l’apparition sur des monuments funéraires de chevaliers pèlerins allemands de colliers d’un autre type avec pour pendant la colombe6. Le collier tardif est relativement différent puisque les soleils ou rayons de soleils laissent place à des nuages, ce qui n’est pas sans signification, et que d’autres emblèmes se surajoutent au premier collier, notamment un lion et une croix. Mais rien n’assure qu’il s’agisse bien de la même devise.

Bibliographie

Suárez Fernández L., Historia del reinado de Juan I de Castilla. Estudio y documentos, vols. I-II, Madrid, 1977-1982 ; Id., Juan I de Trastámara: 1379-1390, Burgos, 1994

Olivera Serrano C., “ La Península bajo los primeros Trastámara (1350-1406)”, e-Humanista. Journal of Iberian Studies. Peer-reviewed electronic journal, 10 (2008), pp. 1-30.

Suárez Fernández L., Monarquía hispana y revolución Trastámara, Madrid, 1994.

Valdeón Baruque J., Los Trastámara. El triunfo de una dinastía bastarda, Madrid, 2001.

de Córdova Miralles Á. F., « Bajo el signo de Aljubarrota:la parábola emblemática y caballeresca de Juan I de Castilla (1379-90) » (à paraître)

BOULTON d’A. J. D., The Knights in the Crown: The Monarchical Orders of Knighthood in Late Medieval Europe, 1326–1520, 2nde ed., St. Martin’s, 2000, p. 46-49.

Menéndez Pidal F., Heraldica de la Casa real de leon y de Castilla (siglo XII-XVI), Madrid, 2011, p. 242-248

García Díaz, I., « La orden de la Banda », Archivum Historicum Societatis Iesu, 60 (1991), p. 29–89

Ceballos-Escalera y Gila A. de, La orden y divisa de la Banda Real de Castilla, Madrid, 1993, p. 93-95

Rodríguez Velasco J. D., Ciudadanía, soberanía monárquica y caballería. Poética del orden de caballería, Madrid, 2009

Menéndez Pidal F., « Algunos datos sobre la Orden de la Banda », Armas e Troféus, 2ª serie, año V (1964) (sin paginar).

Notes

1 “é el día de Santiago en la Iglesia mayor de la dicha ciudad dixo el Rey públicamente, que él avía ordenado de traer una devisa, la qual luego mostró allí, que era como un collar fecho como rayos de sol, e estaba en el dicho collar una paloma blanca, que era representación de la gracia del Espíritu Santo, e mostró un libro de ciertas condiciones que avía de aver el que aquel collar troxiese; e tomó el rey aquel collar de sobre el altar, e dióle a ciertos caballeros suyos. Otrosí fizo otra devisa que traían escuderos suyos, que decían la Rosa, é los que querían provar los cuerpos justando, o en otra manera, la traian. E por quanto á pocos días después desto finó el rey, non se troxieron más aquellas devisas, é non fablaron dello. Pero todo esto fizo con muy buen entención que, é si la voluntad de Dios fuera que él viviera, su voluntad era de facer muchas buenas ordenanzas”, Suárez Fernandez, L., Historia del reinado de Juan I, ob. cit., vol. I, pp. 370, 389 y 414; Id., Juan I de Trastámara: 1379-1390, Palencia, 1994, cap. XVIII de 1390; FernãoLopes reproduce la misma información en Lopes, Fernão, Chronica de El-Rei D. João, vol. IV, Lisboa, 1897-1898, cap. CXLII, pp. 66.

2  Sur le sujet voir de Córdova Miralles Á. F., « Bajo el signo de Aljubarrota:la parábola emblemática y caballeresca de Juan I de Castilla (1379-90) » (à paraître)

3 de Córdova Miralles Á. F., « Bajo el signo de Aljubarrota:la parábola emblemática y caballeresca de Juan I de Castilla (1379-90) » (à paraître)

4  sur le sujet voir BOCK N., « Enluminure, cérémonial et idéologie monarchique au xive siècle », Art, Cérémonial et liturgie au Moyen Age, Actes du Colloque de 3e cycle Romand de Lettres (Lausanne-Fribourg, 14-15 avril; 12-13 mai 2000), Bock N., Kurmann P., Romano S. dir., Rome, 2002, p. 415-452.

5  BOULTON, The Knights, p. 328, fig. 12.1.

6  GANZ, « Die Abzeichen des Ritterorden im Mittelalter », p. 60, 61, fig. 57a, b, c, et NEUBECKER, Le grand livre de l’héraldique..., p. 215 et 218.

Pour citer cet article

(2013). "Colombe". Devise - CESCM - Les familles | Maison de Castille | Jean Ier de Castille.

[En ligne] Publié en ligne le 19 mars 2013.

URL : http://base-devise.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=861

Consulté le 23/04/2019.


Jean Ier de Castille

  • Nom : Jean Ier de Castille
  • Dates : 1358 †1390
  • Fonction : Roi de Castille et Léon de 1379 à 1390, prétendant au trône de Portugal entre 1382 et 1390
  • Père : Henri II, roi de Castille
  • Mère : Jeanne de Villena
  • Épouse : 1) en 1375, Eléonore (†1382), fille de Pierre IV d’Aragon2) en 1382, Béatrice (1373 †1412), fille de Ferdinand Ier, roi de Portugal
  • Enfants : du premier mariage : Henri III (1379 †1406), roi de Castille et Léon ; Ferdinand Ier (1380 †1416), roi d’Aragon et de Sicile
  • Armoirie : Ecartelé un 1 et 4 de gueules  au château d’or (Castille) au 2 et 3 d’argente au lion de pourpre (Léon) ; après 1385, parti Castille et Portugal ; Cimier : un griffon issant d’or
  • Ordre : Ordre de la Bande, ordre du Saint-Esprit, ordre de la Rose


Contacts

Université de Poitiers
15, rue de l'Hôtel Dieu
86034 POITIERS Cedex - France

Tél : (33) (0)5 49 45 30 00
Fax : (33) (0)5 49 45 30 50
webmaster@univ-poitiers.fr

Abonnez-vous

Recevez en temps réel les dernières mises à jour de notre site en vous abonnant à un ou à plusieurs de nos flux RSS :

Informations légales

ISSN électronique :

Dernière mise à jour : 15 janvier 2018

Crédits & Mentions légales

Edité avec Lodel.

Administration du site (accès réservé)